Il y a pas un risque d’averse là ?

novembre 16, 2008

Le risque pour les banques, c’est comme les vieilles mobilettes. C’est bien utile, mais on le montre pas aux copains.

Alors forcément, on vend du risque pour être présentable. Les institutions qui collectent ce risque sont les fameux « réassureurs ». Si le marché marche bien, tout va bien et le risque est estimé à son vrai prix. Mais plusieurs économistes comme Cahuc ont mis en évidence un truc qu’il est pas bien du tout : le risque de banqueroute totale n’existe pas. En effet, si toutes les banques étaient dans la mouise en même temps (c’est une hypothèse hein) tous les gouvernements du monde se précipiteraient pour les renflouer (j’ai bien dit que c’était une hypothèse hypothétique hein). Donc il est inutile de s’assurer pour une certaine partie du risque (précisément la pire en termes de conséquences) puisque de toute façon, si ça se produit l’Etat viendra à notre rescousse : l’Etat est le dernier assureur, le « prêteur en dernier ressort ».

Il y a deux effets possibles de cela.

Soit le risque est sous-évalué, c’est-à-dire que les réassureurs prennent pas assez cher par rapport au risque auquel elles s’exposent, ça à la rigueur c’est pas trop grave : les réassureurs, ces nazes, vont faire un peu faillite mais pas trop. Tant pis pour leur gueule, ils avaient qu’à être plus balaises, AH !

Soit les banques se surexposent au risque : comme le risque est pas cher, elles en prennent plus. Ca c’est plus grave, parce que le fameux risque de banqueroute eh ben il est plus grand.

Bon alors on fait quoi ? Si on menace les banques de pas les renflouer, on va quand même mettre un sacré beau bordel. Si on fait payer les banques ex-post, elles vont pas être hyper bien contentes et en plus ça plombe l’économie tellement qu’on en arrive à des récessions (c’est une hypothèse hein, la France n’est pas en récession, l’INSEE le saurait). Y’a qu’à faire payer les banques avant ! On regarde quel risque est réellement assuré par l’Etat, on l’estime et on le fait payer. Après tout c’est un putain de bon service qu’on leur rend, à ces banques : tout se paye, coco.

Bon après, faire en sorte que les politiques utilisent pas la cagnotte pour des fins électorales, c’est pas gagné. Quoi que ça pourrait être un choix : si les banques font faillite on est dans la mouise pareil mais quand tout va bien l’Etat a plus d’argent. Ah, on m’appelle dans l’oreillette ….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :