Le pouvoir des chats

février 14, 2009

Il faut absolument faire quelque chose à propos du pouvoir des chats. Aujourd’hui ils ont pris le contrôle d’Internet, demain ça sera nos pyramides.

Plus sérieusement, on va parler bien évidemment de pouvoir d’achat (oui,  calembour),  c’est à la mode. En gros le pouvoir d’achat c’est le rapport entre ce que je pouvais acheter avant et ce que je peux acheter après avec un euro.

Prenons un exemple simple : avant, je pouvais acheter 1/100000ème de bentley avec un euro. Maintenant, je ne peux plus acheter que 1/200000ème de bentley. Mon Bentley-pouvoir d’achat a été divisé par deux (le rapport entre les prix). Deux problèmes.

D’abord un bien nouveau. Par exemple, maintenant je peux acheter un iPhone pour 300 euro. Avant, l’iPhone n’existait pas. Qu’est-ce qu’on fait ? Généralement on prend des « biens inférieurs » et on les majore. Un iPhone, c’est aussi bien que 1,47 Blackberry (ne rigolez pas, c’est calculé comme ça). Donc mon pouvoir d’achat a augmenté de (Prix d’un iPhone)/(1,47*Prix d’un Blackberry).

Ensuite le pouvoir d’achat global. On prend quoi, la moyenne de tous les biens ? Mais alors si les ferrari baissent, ça sera aussi important que la baisse du poireau. Or c’est quand même un peu plus important la baisse du poireau. Eh bien les économistes de France et d’ailleurs ont choisi de pondérer par la consommation. Ainsi le pouvoir d’achat, c’est le rapport de la somme des nouveaux prix pondérés par la consommation, divisé par la somme de tous les anciens prix pondérés par la consommation.

C’est plutôt pas con. En effet ça traduit le pouvoir d’achat réel. Pourtant des fois les ministères publient que le pouvoir d’achat augmente alors que le kilo de tomates augmente aussi. On va expliquer ça avec un modèle simple : on choisit entre des ferrari et des poireaux.

Si les poireaux augmentent un tout petit peu leur prix alors que les ferrari baissent leur prix de 30%, le pouvoir d’achat va augmenter. Alors que pour madame Michu, elle s’en fout que les ferrari baissent leur prix. Elle ressent une baisse de son pouvoir d’achat.

Mais le pire, c’est qu’avant madame Michu n’avait même pas conscience que les ferrari ça existait (la télé n’existait pas). Maintenant, elle sait. Et même si les ferrari baissent de 30% elle a bien conscience qu’elle n’arrivera jamais à s’en payer une. Donc la baisse des Ferrari, au mieux ne la touche pas, au pire la rend mécontente (à cause de la publicité qui lui a vanté les mérites de la marque).

Ce qu’il y a, c’est qu’on a pas d’indicateurs qui mesurent la hausse moyenne du pouvoir d’achat par personne : actuellement on calcule par euro. Or la répartition des euro est fondamentalement inégale et ce n’est pas les mêmes euro puisqu’il ne servent pas à acheter les mêmes choses. L’euro de madame Michu baisse de 1%, l’euro de monsieur Bourgeois augmente de 100%. Il y a beau y avoir 99 fois plus de madame Michus que de monsieurs Bourgeois, le pouvoir d’achat augmente. Le pouvoir d’achat moyen d’une personne augmente, mais vous avez 99 chances sur 100 de croiser dans la rue un électeur dont le pouvoir d’achat a baissé. Etonnant non ?

Enfin quand même, daudra faire gaffe les loulous. Les euro de monsieur Bourgeois ne votent pas autant que ceux de madame Michu. Voire beaucoup, beaucoup moins.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :